Accueil > Kulli... Dans ma cuisine > Infos et conseils culinaires > Coing

Coing

jeudi 17 octobre 2013, par Kulli-zumbayllu

Le coing, un fruit peu sexy… et pourtant…

Le coing, fruit du cognassier, fruit du verger, avouons-le n’a pas le même charisme qu’une fraise, une framboise ou du raisin. Le coing est grossier, il ressemble à une grosse et vilaine poire. Mais contrairement à cette dernière juteuse et fondante, le coing est tout dur et âpre. Il n’est ni juteux, ni croquant. Il demande de la préparation car il se mange cuit. Il a une saison courte. Bref, a priori le coing n’a rien pour plaire.

Et pourtant... Il est pleins de ressources ! Petit coing, tu me fais de la peine, tu mérites d’être connu. Alors je me permets aujourd’hui de te faire de la pub.

D’où vient-il ?

- Utilisé depuis 4000 ans, il est un des fruits les plus ancien. Il était très apprécié dans la Grèce antique. Il est en fait originaire des Balkans et des bords de la Mer Caspienne. Le coing est d’ailleurs appelé aussi "Poire de Cydonie" en l’honneur de Cydon, ville de Crète où les Grecs en ont fait leurs délices, fourrés de miel.
- Aujourd’hui (et ceci depuis le XVe siècle), en France, on trouve notamment des cultures de coings en Provence et dans le Sud-Ouest.

Qui est-il ?

Appelé aussi Cydonia oblongua, on en trouve communément 3 variétés :
- Coing du Portugal  : il est jaune et possède un joli duvet, sert aux marmelades et compotes.
- Coing champion : il est jaune clair, et utilisé plutôt pour la cuisine
- Coing monstreux de Vranja  : c’est un gros pèpère, il peut atteindre 1 kg

Quel est son aspect ?

- Cru, il est granuleux, dur, acide
- Il faut donc le cuire pour le déguster

Quand le trouver ?

Sa saison ne dure que 8 semaines : de fin septembre à novembre

Comment le choisir ?

Vérifier s’il est mur en frottant son léger duvet (mais de nombreux primeurs enlèvent le duvet pour présenter les coings sur leur étal) qui doit partir dès qu’on le touche.

Comment le conserver ?

- A l’air ambiant, plusieurs semaines
- Ne surtout pas mettre au réfrigérateur (il a un parfum fort qui « contaminerait » les autres aliments)

Quels sont ses bienfaits ?

Il est bon pour la santé puisqu’il :
- A un faible apport calorique : 28 kcal/100 g
- Régule le transit intestinal. Le coing reviendra votre ami suite à une gastro, il possède en effet des propriétés anti-diarrhéique.
- Contient beaucoup de tanins et de fibres : environ 6 g/100 g (généralement, les fruits contiennent plutôt autour de 1,5 à 2,5 g/100 g).
- Contient de la vitamine C (15 mg/100 g)
- Contient peu de sucre

Comment le cuisiner ?

A la cuisson le coing dévoile un parfum puissant très agréable.

- En compote : les bébés et enfants l’aiment beaucoup avec de la pomme
- En crumble
- En pâte de coing
- En accompagnement de la viande, de ragoûts ou de rôtis : poêlé en tranches
...

Répondre à cet article

Accueil > Kulli... Dans ma cuisine > Infos et conseils culinaires > Coing

jeudi 17 octobre 2013

Coing

Le coing, un fruit peu sexy… et pourtant…

Le coing, fruit du cognassier, fruit du verger, avouons-le n’a pas le même charisme qu’une fraise, une framboise ou du raisin. Le coing est grossier, il ressemble à une grosse et vilaine poire. Mais contrairement à cette dernière juteuse et fondante, le coing est tout dur et âpre. Il n’est ni juteux, ni croquant. Il demande de la préparation car il se mange cuit. Il a une saison courte. Bref, a priori le coing n’a rien pour plaire.

Et pourtant... Il est pleins de ressources ! Petit coing, tu me fais de la peine, tu mérites d’être connu. Alors je me permets aujourd’hui de te faire de la pub.

D’où vient-il ?

- Utilisé depuis 4000 ans, il est un des fruits les plus ancien. Il était très apprécié dans la Grèce antique. Il est en fait originaire des Balkans et des bords de la Mer Caspienne. Le coing est d’ailleurs appelé aussi "Poire de Cydonie" en l’honneur de Cydon, ville de Crète où les Grecs en ont fait leurs délices, fourrés de miel.
- Aujourd’hui (et ceci depuis le XVe siècle), en France, on trouve notamment des cultures de coings en Provence et dans le Sud-Ouest.

Qui est-il ?

Appelé aussi Cydonia oblongua, on en trouve communément 3 variétés :
- Coing du Portugal  : il est jaune et possède un joli duvet, sert aux marmelades et compotes.
- Coing champion : il est jaune clair, et utilisé plutôt pour la cuisine
- Coing monstreux de Vranja  : c’est un gros pèpère, il peut atteindre 1 kg

Quel est son aspect ?

- Cru, il est granuleux, dur, acide
- Il faut donc le cuire pour le déguster

Quand le trouver ?

Sa saison ne dure que 8 semaines : de fin septembre à novembre

Comment le choisir ?

Vérifier s’il est mur en frottant son léger duvet (mais de nombreux primeurs enlèvent le duvet pour présenter les coings sur leur étal) qui doit partir dès qu’on le touche.

Comment le conserver ?

- A l’air ambiant, plusieurs semaines
- Ne surtout pas mettre au réfrigérateur (il a un parfum fort qui « contaminerait » les autres aliments)

Quels sont ses bienfaits ?

Il est bon pour la santé puisqu’il :
- A un faible apport calorique : 28 kcal/100 g
- Régule le transit intestinal. Le coing reviendra votre ami suite à une gastro, il possède en effet des propriétés anti-diarrhéique.
- Contient beaucoup de tanins et de fibres : environ 6 g/100 g (généralement, les fruits contiennent plutôt autour de 1,5 à 2,5 g/100 g).
- Contient de la vitamine C (15 mg/100 g)
- Contient peu de sucre

Comment le cuisiner ?

A la cuisson le coing dévoile un parfum puissant très agréable.

- En compote : les bébés et enfants l’aiment beaucoup avec de la pomme
- En crumble
- En pâte de coing
- En accompagnement de la viande, de ragoûts ou de rôtis : poêlé en tranches
...

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Mots-clés

Mots-clés