Accueil > Zumbayllu... mes lectures > Romans français > Delaflotte Mehdevi Anne - La relieuse du gué

mardi 29 octobre 2013

Delaflotte Mehdevi Anne - La relieuse du gué

Mathilde est installée depuis récemment dans un petit village de Dordogne comme relieuse, métier qu’exerçait son grand-père et qui la passionne. Elle a ouvert son propre atelier de reliure dans une jolie maison du centre du village.

Un matin, très tôt, jour de tempête, alors que son atelier n’est même pas encore ouvert, un homme frappe à sa porte. Ce jeune homme, mystérieux, cherche à faire relier très rapidement un livre qui paraît précieux à ses yeux. Mathilde accepte de relier cet ouvrage et d’aider ainsi cet homme qui l’intrigue.

"Il laissa la porte ouverte, le vent s’engouffra à sa place. Tous les livres à découvert se mirent à battre de l’aile, à bruire, un papier marbré glissa, flotta un instant au ras du sol, aspiré à la suite de l’homme vers la rue. Je fermai la porte, revint à pas lents à mon plateau de marchande et m’assis "côté clienté sur la place laissée vide et comme hantée déjà." (p. 25)

Cet homme, elle ne le verra plus jamais puisqu’elle va apprendre son décès le lendemain. Perturbée, Mathilde choisit de tout de même relier ce livre et de trouver des indices lui permettant de découvrir qui était son propriétaire. Elle découvre un morceau de papier dans le livre, dévoilant une liste de noms. C’est pour elle une première piste.

Au fil du roman, nous allons faire la connaissance des voisins proches de Mathilde, dont certains vont pouvoir l’aider : André le boulanger qui est son confident, Sébastien le cordonnier farfelu, le vieux monsieur horloger, Cécile la vieille dame qui tient la quincaillerie... Chaque personnage est attachant. L’histoire est entrecoupée de citations de Cyrano de Bergerac que Mathilde affectionne. Cette dernière mène ainsi son enquête tout en poursuivant son travail de relieuse, ce qui permet de découvrir, en parallèle de l’enquête, les difficultés du métier de relieur, notamment pour se constituer une clientèle.

JPEG - 6.8 ko

Un roman bien "relié"

Anne Delaflotte Mehdevi est relieuse de métier. Elle nous présente donc un roman très documenté, avec de nombreux détails sur le métier de relieur. J’ai trouvé ce roman agréable à lire, j’ai beaucoup aimé les descriptions au sein de l’atelier de reliure, ainsi que les descriptions de la rue commerçante du village. Le côté "petite enquête" rend l’histoire prenante. On pourrait toutefois se demander pourquoi l’héroïne est presque tombée amoureuse d’un homme qui a passé à peine 5 minutes avec elle. Le côté mystérieux de l’homme et de son livre à relier peut représenter une explication à son attachement mais Mathilde, bien que déterminée à retrouver à qui rendre le livre du jeune homme, est un personnage un peu naïf, un peu passive. Malgré ses démarches, j’ai trouvé que les indices venaient un peu facilement à elle ("un peu tombés du ciel..."). Hormis ce bémol, le roman est réussi, les descriptions de l’environnement entourant les personnages sont bien écrites, j’ai été vite "prise" dans l’histoire.

Références

La relieuse du gué [Texte imprimé] : roman / Anne Delaflotte Mehdevi. - Arles : Actes Sud ; [Montréal] : Leméac, impr. 2013 (61-Lonrai : Normandie roto impr.). - 1 vol. (279 p.) : couv. ill. en coul. ; 18 cm. - (Babel ; 1185).

ISBN 978-2-330-01964-8 (Actes Sud). - ISBN 978-2-7609-3445-0 (Leméac) (br.) : 8,70 EUR. - EAN 9782330019648

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.